La coopération transfrontalière, une voix pour les ALR dans les relations euro-méditerranéennes

Un rapport sur la coopération transfrontalière a été adopté par l’Assemblée régionale et locale euro-méditerranéenne (ARLEM), l’organe du Comité Européen des Régions chargé des relations euro-méditerranéennes, lors de sa session plénière qui s’est tenue à Malte la semaine dernière. Le rapport met l’accent sur la contribution des collectivités locales et régionales aux processus de coopération dans une région méditerranéenne en mutation.

La participation des autorités locales et régionales (ALR) dans les programmes de coopération transfrontalière depuis leur lancement en 2007 a été significative, les ALR représentant près de 20% des acteurs impliqués dans le programme IEVP CT Bassin Maritime Méditerranée 2007-2013.

Tout en analysant les récentes transformations politiques en Méditerranée et les questions les plus cruciales auxquelles la région est confrontée – les tensions politiques, les conflits, l’instabilité économique, les flux migratoires, le chômage des jeunes, la dégradation de l’environnement – le rapport, conçu à la suite de consultations avec les membres de l’ARLEM, les institutions de l’UE, les ministères, les réseaux, les organisations de la société civile et les autorités de gestion des programmes de coopération transfrontalière, souligne la capacité des CLR à transformer les défis en opportunités « en renforçant la coopération et en travaillant sur des solutions communes et des approches novatrices pour un développement durable et inclusif ».

Bien que caractérisé par des objectifs politiques et des contextes géographiques distincts, le rapport reconnaît que la participation des ALR est « une des clés de la réussite de la mise en œuvre des programmes transfrontaliers ».

Lire le projet de rapport : ICI